welcome message
Bienvenue sur SΔLEM, forum RPG fantastique se déroulant dans la célèbre ville de sorcières
De nombreux scénarios sont à prendre, n'hésitez pas à aller jeter un oeil ;)
N'oubliez pas de lire TOUTES les annexes c'est important !
rappels
NOUS RAPPELONS QUE LES FUTURES SUPRÊMES NE SONT JOUABLES QUE SOUS LA FORME DES MINI PVs
Merci également de ne pas créer votre petit coven à vous,
la liste des cercles étrangers se trouve ici

salem cey le bien
N'oubliez de voter régulièrement sur le Top Site
Mais aussi, remontez régulièrement le sujet BAZZART
pour attirer les futurs membres et faire vivre le forum :D

Partagez | .
 

 
La magie n’existe et ne perdure que parce qu’il y a des secrets
☾ les humains



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


SΔLEM + Je vois tout, je sais tout
avatar
SO YOU WANNA PLAY WITH MAGIC
i put a spell on you


 
SΔLEM + Je vois tout, je sais tout
☾ SORTILEGES : 225

☾ POTIONS CONCOCTEES : 3006

☾ ARRIVEE A SALEM : 01/04/2014

☾ EMPLOI/LOISIRS : surveiller cette ville, ces habitants maudits, damnés et magiques ou même ces pauvres âmes qui n'ont connaissance du mystère ou n'y accordent que peu de crédit.

☾ HUMEUR : poker face.

☾ YOUR BOOK OF SHADOWS :




Sell your Soul
description de nos humains
« A chaque chemin ses embûches, chaque humain un jour trébuche. »
Si Salem accueille deux grands Covens n’allez pour autant pas croire qu’une sorcière hante chacun de vos pas, votre errance ici-bas vous condamne à côtoyer une grande majorité d’humains. Ces mortels ordinaires que rien ne prédestine à une existence épique. La magie pour beaucoup d’entre eux se résume à ces contes pour enfants, ils ignorent ce qui se trouve pourtant juste sous leur nez, ils se leurrent et refusent de croire à l’impossible. Ce serait un tort de sous-estimer ces êtres que certains sorciers considèrent comme des simples d’esprit, une sous-race effrayée par ce qu’ils ne connaissent pas et ne peuvent expliquer. Ne faîtes pas l’erreur de vous croire au dessus de leur jugement car à Salem c’est bien eux qui font la loi, et ce depuis la nuit des temps.

Rang 1 – Les humains lambda

Ils sont ces humains que l’on dit ordinaires, sans pouvoirs magiques ni lien direct avec le surnaturel. Ils forment pourtant la majeure partie de la communauté : ils sont vos voisins, vos commerçants, vos professeurs. C’est bien par eux que vous devrez vous faire accepter, parmi eux que vous avez tout intérêt à vous fondre. Ils sont le cœur de la ville et  la dirigent comme bon leur semble, têtes bien pensantes qui vous surveillent nuit et jour. Beaucoup d’entre eux ne croient pas en la sorcellerie, elle n’est à leurs yeux qu’un mythe, une histoire que l’on ressort le soir d’Halloween, une tactique lucrative destinée à piéger les plus naïfs. La majorité d’entre eux se pensent bien au dessus de ces superstitions, eux les mentalités modernes qui balayent les croyances du passé. D’autres font de ces mêmes croyances l’essence de leur gagne-pain, arnaqueurs prodiguant filtres d’amour et divination aux touristes. Pour certains c'en est même une obsession, rechercher par tous les moyens à prendre contact, à déceler la moindre trace de magie, à trouver l’inaccessible. Ils s’improvisent sorciers et parfois y croient réellement. D’autres encore ces puritains qui ne peuvent accepter de telles pratiques démoniaques brandiraient volontiers des torches si jamais ils venaient à découvrir la vérité sur Salem. Néanmoins que cela soit une certitude ou un canular à leurs yeux la sorcellerie est belle et bien tout autour d’eux et souvent plus proche qu’ils ne le pensent. Elle se cache dans leur amie d’enfance, leur facteur et dans de plus rare cas leur progéniture, le don sautant quelques fois plusieurs générations. Alors ces humains côtoient la magie qu’ils en soient conscients ou non, c’est un fait qu’on ne peut nier.

Rang 2 – Les maudits

De nos jours il est effectivement de notoriété publique que la plupart des femmes et hommes brûlés lors des procès de Salem au XVIIème pour actes de sorcellerie n’étaient en réalité que de simples humains. Pourtant une minorité de ces victimes étaient bel et bien de véritables sorcières. Certaines d’entre elles perdirent la vie en implorant les dieux de conduire leur âme en un lieu plus paisible, d’autres trouvèrent le moyen de s’échapper, ceux qu’on appelle aujourd’hui les Voyageurs. Les plus vindicatives, les plus haineuses décidèrent de venger leur espèce, de faire payer leurs crimes aux personnes qui les avaient conduit sur le bûcher. Dans la souffrance et les cris elles trouvèrent la force de condamner ceux qui causèrent leurs tourments : si leur douleur ne durerait que le temps que les flammes consument leur chair celle de leurs bourreaux elle jamais n’aurait de fin. Souhaitant leur sort pire que la mort, de repos jamais ils n’auraient temps que leur descendance perdurerait. Chaque génération sera touchée par la fureur de la sorcière brûlée, payant tour à tour les crimes de leurs ancêtres, purgeant leur peine, portant leurs chaînes dans l’ignorance. Maudits. Des familles entières au destin tragique. Des chasseurs, des hommes d’Eglise, des juges, des citoyens puritains, des voisins osant les dénoncer. Qui sait ce qu’ils étaient autrefois mais aujourd’hui leur généalogie est punie pour leurs fautes, le sort s’acharne sur eux. Destinés à répéter le cycle infernal, parfois victimes d’une mort prématurée, parfois condamnés à répéter les erreurs du passé jusqu’à ce qu’elles soient réparées. Chaque malédiction a sa particularité, beaucoup de ces humains n’ont pas connaissance de leur sort, ils le subissent sans pouvoir le dévier, d’autres cherchent par tous les moyens à y remédier. Quoi qu’il en soit ils sont la preuve vivante que la colère d’une sorcière jamais ne s’éteint, les brasiers des bûchers brûlent encore pour eux. Don't insult the witch...

Rang 3 – Les réincarnés

La réincarnation, littéralement « le retour dans la chair » est pour tous un mythe, une croyance bouddhiste qui trouve ses origines en Egypte, en Grèce antique et autres civilisations oubliées. Processus de survie après la mort, de voyage de l'âme à travers les corps, ou l'immatériel et l'individuel se mêlent à une autre substance pour traverser les âges. Dans le monde de la magie cette croyance est belle et bien réelle, peu connue même des sorciers elle n'est qu'une rumeur, une expérience que peu ont vécu, dont la véracité des faits n'est pas une science exacte. Les réincarnés, humains semblant à première vue ordinaires, sans importance – normaux – mais qui renferment en leur sein le plus précieux des secrets : l'âme d'une sorcière. Pas n'importe quelle sorcière, une de celles à la volonté de fer, refusant de quitter ce monde. Le plus souvent c'est une sorcière morte dans d'affreuses circonstances, parfois inexpliquées, dont l'âme torturée ne peut se détacher, trop en peine pour partir, trop en colère pour s'apaiser. Elles restent jusqu'à ce que leur tâche, leur but, leur vengeance soit accomplie. Parfois se sont juste des âmes aimantes ne pouvant se résoudre à quitter leurs proches, qui n'acceptent pas leur mort, désirant simplement veiller sur leur généalogie. Elles ont toutes une chose en commun, un instinct de survie plus fort que n'importe quelle magie en ce bas-monde. Une volonté de demeurer malgré l'appel de la Faucheuse. Une énergie si puissante qu'elle se transforme et accomplit des passages de vies successives sur cette terre. Toujours la même apparence jamais le même passé, les souvenirs de leur vie d'autrefois les ont laissé à tout jamais. Ces humains ne se savent pas différents, ils ignorent leur nature extraordinaire, leur mémoire n'est pas mêlée à celle de l'âme qu'ils abritent et qui dort jusqu'à trouver un nouveau porteur. Leur histoire s'arrête à ce qu'ils connaissent, leur vie antérieure leur étant inaccessible, seuls certains flash - brides d'une existence oubliée - viennent quelques fois perturber leur quotidien. Pourtant leur physique si semblable à cet ancêtre, cet être cher, perturbe de temps à autre quelques sorciers reconnaissant en leurs traits ceux qui ne sont plus.

Rang 4 – Les entravés

Le terme « entravé » dans le monde de la magie désigne les humains attachés à une famille de sorciers, et ce souvent depuis des générations, par un pacte de sang. Au XVIIème siècle lorsque les humains se retrouvaient au pied du mur, pour une raison ou pour une autre, certains d’entre eux qui pensaient voir par là une échappatoire, allaient chercher de l’aide vers les sciences occultes, cet art qu’ils se figuraient miraculeux. Ne trouvant aucune solution à leur problème, et ayant généralement exploité toutes les issues en leur possession, ils ne trouvèrent d’autres moyens que celui de venir ramper aux pieds de sorcières. Certains le firent dans l’espoir de donner naissance, sauver un proche, sortir de la misère ou échapper à la potence. D’autres pour assouvir leur cupidité ou leurs désirs de gloire, peu importait au fond la raison qui les poussait à de telles folies mais à leurs yeux elle valait les risques encourus. Dernière chance, acte désespéré qui sait aujourd’hui ce qui les motiva réellement ? Il ne reste de leurs vœux qu’une servitude à vie. En sorcellerie la loi de l’échange équivalent est fondamentale, elle ne peut être contournée : pour chaque chose reçue il faut en abandonner une autre de même valeur. Les sorcières de Salem s'amusèrent à transformer cette loi pour l’appliquer à la race humaine, les faire payer pour leur intolérance, leur donnant ainsi une leçon d’humilité. Ceux qui ne purent honorer leur part du marché furent condamnés à payer de leur personne. Passant un pacte de sang avec le sorcier qui leur vint en aide ils se virent enchaînés à lui et sa famille en compensation. Châtiment pouvant s’étendre sur plusieurs générations, leur descendance subissant le même sort jusqu’à ce que la dette soit réglée. Bien souvent dupés dans ce contrat magique où ils pensaient ressortir vainqueurs mais qui les rendit prisonnier. Certains fous aveuglés par l’envie de se rapprocher de la magie et toucher du doigt un pouvoir qui les dépassaient se donnèrent volontairement. La naïveté ou la curiosité voilà pourquoi ils furent jugés, non point jugés, punis.

Ces humains vendant leur personne contre des bienfaits magiques furent appelés les « entravés », ils furent marqués par un sceau sacré à l’arrière de la nuque, sceau permettant à leur sorcier d’avoir un contrôle absolu sur eux. Leur octroyant la possibilité de l'activer à tout moment pour punir désobéissance et rébellion en leur causant une douleur mentale insupportable, voir la mort. Si les entravés étaient assez nombreux au XVIIème siècle au fil du temps leur population diminua, les humains ayant recours à d’autres solutions pour obtenir ce qu’ils désiraient le plus au monde. De nos jours ils se font rares, la pratique a totalement disparu car peu d’humains croient encore en la sorcellerie et connaissent son existence. Les entravés subsistants sont le fruit d’un marché qui tourna mal à l’époque où il fut passé, d’une escroquerie de la part du sorcier ou tout simplement d’une dette qui s’étend sur plusieurs siècles. Posséder des entravés n'est donc pas chose courante chez les sorciers, en réalité, d’ici une centaine d'années ils auront surement totalement disparu. Le sceau sacré existe toujours, chaque nouvel entravé étant marqué lorsqu’il atteint l’âge de cinq ans, se destinant ainsi à une vie de servitude comme ses parents et ses grands-parents avant lui. Bien entendu on pourrait croire que tous penseraient à sauver leur enfant du sort qui l’attend, certains l’ont fait ou ont essayé, mais la plupart n’y songent même pas. Guère par peur des représailles, seulement par habitude : les entravés de notre époque ne pensent tout simplement pas à la possibilité de vivre autrement. Leur condition est ancrée dans les mœurs du monde magique, ils n’ont connu que ça et ne vivent que comme cela. Il est d’ailleurs de notoriété publique qu’au cours de l’histoire nombre d’entravés libérés décidèrent de rester tout de même au service de leur famille de sorciers.

Pour autant ils ne vivent pas tous comme des bienheureux en acceptant leur condition le sourire aux lèvres. Certains vouent une haine intense à l'égard de leur ancêtre et surtout aux sorciers qui les entravent, se sentant comme des oiseaux en cage. Être un entravé de nos jours ne signifie pas être esclave, aux yeux des humains ordinaires ils ne sont rien de moins que des domestiques vivant à domicile. S’ils sont libres de leurs mouvements ils sont liés par l’honneur à leur famille de sorcier, ils ont le devoir de les protéger et de tout faire pour préserver leur secret. Ainsi lors des procès de Salem de nombreux humains brûlés sur le bûché et accusés à tort de sorcellerie n’étaient rien de moins que des entravés se sacrifiant pour sauver la famille qu’ils servaient ou condamnés pour avoir tout  pactisé avec le démon. Par ailleurs il ne faut pas oublier que même si une famille de sorciers traite avec respect, voir tendresse, les entravés à son service (ce qui n’est pas toujours le cas cela dit) il existe une hiérarchie importante entre eux que ni l’un ni l’autre ne saurait ignorer. Un entravé ne sera jamais l'égale d'un sorcier et il est préférable pour eux de garder cette notion à l’esprit sous peine qu’elle le leur soit rappelée de la manière la plus désagréable qui soit.


annexe par salem et pour salem, toute reproduction interdite.

Revenir en haut Aller en bas
 

☾ les humains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006
» la Commission Intéraméricaine des Droits Humains (CIDH) va poursuivre la Dominic
» Liste des pouvoirs - humains -
» " Les composantes de la société ne sont pas les êtres humains mais les relations qui existent entre eux " Si vous l'dites...
» Un Dîner aux Chandelles, avec des Humains à Manger [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SΔLEM + witch among us :: les grimoires poussiéreux-